Le Pire moment de ma Vie…

positiver, entrainement,ésotérisme,hypersensible

Nous avons tous eu le pire moment de notre vie.. un accident, un décès de personne aimée.. La perte d’un enfant….

Pour ma part, ce fut le départ vers les étoiles, de Clémence, mon bébé dont voici la lettre que je lui ai adressée, 8 ans après..

Clémence, mon ange !

Les larmes inondaient mes joues, s’échappant bien malgré moi de mes yeux brûlants. Je contemplais mon bébé, ma toute petite fille venant tout juste de naître. Des violents sanglots étreignaient ma poitrine, rendant ma respiration difficile. Encore en salle d’accouchement, seule avec mon bébé, je me retenais de hurler mon désespoir.

Avant de sortir, la sage-femme m’avait demandé où était le père de cette « petite chérie »… je n’avais pu répondre, assaillie par une souffrance incommensurable. Impossible de parler, de pleurer, de bouger. Ce n’est qu’une fois seule que je me laissais envahir par la peine. Mais pourquoi ? qu’avais-je fait pour mériter cela ?  Les pensées n’atteignaient plus mon esprit pétri de douleur. Je refusais l’inéluctable.

Au bout de quelques longues minutes, épuisée par l’accouchement, l’anesthésie, et  mes pleurs, je me calmais.  Alors, avec une infinie tendresse, je caressais du bout de mon index, le petit visage paisible de mon bébé. Je ne devais pas la réveiller! Je passais ma main le long de son corps, sans la toucher, juste pour la sentir, pour lui transmettre mon amour. Doucement, je lui parlais :

– c’est si dur mon bébé, ma petite Clémence, mon ange…

Je repensais à l’annonce de ma grossesse au papa pour qui c’était le premier enfant… Moments de joie des premiers mois, qui cédèrent la place à l’amertume, la colère, lorsque je découvrais qu’il avait une liaison…

Mon ventre se serra, tellement vide maintenant, mais douloureux du souvenir de ces mois d’incompréhension mutuelle… ces disputes, ces terribles moments pendant lesquels je me prenais à regretter d’être enceinte. Après une dispute plus violente qu’une autre, j’avais posé mes mains sur mon ventre déjà gros « ta place n’est pas dans ce monde si cruel, mon petit ange ».

Je ne quittais pas mon bébé des yeux, maintenant, là, palpable sous mes mains et le souvenir de  mes paroles de « rejet » engendra une douleur d’une violence terrible. Ce n’était plus dans mon ventre, mais dans ma tête. Je ne pouvais hurler, aussi, je sentis mon crâne exploser intérieurement. J’allais mourir et c’était bien ainsi… Mes pleurs reprirent de plus belle. Puis les sanglots me laissèrent épuisée, sans force dans mon lit de cette maternité appelée « l’espérance »…

Espérance… Espérer quoi maintenant ? il était où le père de mon bébé, là, tandis que je pleurais sans fin ? le gynéco revint m’apprit qu’il était dans la chambre, qu’il attendait… Mais il attendait quoi ?

Je ne voulais plus le voir… je souffrais trop, je voulais rester seule avec Clémence.. Tout était de sa faute !

Non, je ne voulais pas monter dans ma chambre..

Non, je ne voulais pas que le médecin emmène mon bébé.

NON, hurlais-je en tendant les mains vers mon enfant qu’on emmenait.

Une fois calmée par un anxiolytique, on me ramena à ma chambre. Le père de ma fille était là, regardant dehors, impuissant à me consoler, n’osant me regarder.

Je repensais à ces derniers jours si difficiles..

la dernière échographie avant le « grand jour », celle du 23 décembre.. j’étais enceinte de presque 8 mois. Les illuminations, le sapin préparé pour mes 2 grands fils, tout était prêt pour Noël.  Mon frère était venu passer les fêtes avec nous et il nous accompagna pour l’écho. Le futur papa était ravi, la tension s’était apaisée devant le bonheur de voir dans le petit écran, notre petite fille.

L’échographie dura longtemps… trop longtemps.. je sentais qu’il y avait un soucis… les mamans sentent-elles toutes cela ? mais l’échographiste nous rassura : « j’ai un petit doute, je veux en parler avec mon collègue, il sera là lundi ! Ne vous inquiétez pas, passez un bon Noël ! »

Là, sur mon lit de maternité, j’entendais pleurer des nouveau-nés… j’essayais de reconnaître Clémence, je n’avais pourtant pas entendu ses cris. Un anesthésiste m’avait endormi pendant 3 minutes… pendant les minutes de l’expulsion. Je me souvenais et me souviendrai toujours du passage de mes fils, entre mes os du bassin, mais de Clémence, on m’avait enlevé ce souvenir.. D’en prendre conscience, je me laissais à nouveau plonger dans la douleur. Cette douleur du vide, du manque, qui lentement m’emplissait, prenant en moi, la place de mon bébé.

Comment voulez vous passer un bon Noël avec une telle remarque … même s’il ne voulait pas nous alarmer, son « petit doute » prit des proportions terribles dans mon esprit. Alors, j’ai peins, une aquarelle « les pensées pour Clémence », tandis qu’elle bougeait en moi . Je ne sortais de ma bulle, de ma peinture, que pour rencontrer divers professeurs de Toulon et Marseille..  Ils étaient tous d’accord : « le bébé souffre, on doit provoquer l’accouchement ! »

Une aide-soignante m’apporta un repas.

– Oh, mais il ne faut pas pleurer ainsi, c’est le contre coup, le baby blues, cela va passer !

j’arrivais à lui formuler entre deux sanglots, que je voulais mon bébé.

– ne vous inquiétez pas, je vais aller vous le chercher !

Je n’ai jamais su l’accueil que cette personne, bien gentille au demeurant, avait eu à la nurserie en venant réclamer le bébé de la chambre 321…Bébé qui n’y était évidemment pas.  Je n’y pense d’ailleurs aujourd’hui, en écrivant ces mots, en formulant mes maux… c’était il y a 8 ans maintenant… et pourtant, le souvenir est tenace… terriblement profond… je sais que je vivrais indéfiniment avec cette douleur.

Quelques jours après sa naissance, je téléphonais à l’hôpital,

– s’il vous plait, ne faite pas mal à ma petite fille !

En pleurs, je demandais au médecin qui allait autopsier mon bébé, de ne pas la faire souffrir.

Ils voulaient et ont eu confirmation du diagnostic: hydrocéphalie et insuffisance cardiaque.

Le cœur de mon bébé s’était arrêté juste avant sa naissance. Clémence est décédée avant de naître…le 2 janvier 2001

 

 

 

 

Ce roman ésotérique,  est né d’une façon curieuse.

Vu le thème, il ne pouvait en être autrement…

Il y a 15 ans… Bloquée au lit pour une grossesse difficile, je tricotais, je lisais…
Ayant perdu Clémence à la naissance, quelques mois auparavant, je faisais un maximum de relaxation et méditation afin que mon nouveau bébé ne ressente pas trop mon stress et ma peine.

La spiritualité m’apaisait sans nécessairement me rassurer, vous imaginez bien…

Quand une nuésotérisme-ésotérique-roman ésotériqueit… J’ai fait un rêve étrange…
– un chalet de montagne…
– une jeune fille en pleurs…
– un tirage de cartes…
bref, la première scène du roman…Avec des détails, une atmosphère que je percevais toujours au réveil.

Ce matin-là, poussée par une forte impulsion, tout en restant dans mon lit, j’installais mon ordinateur portable, sur une petite table placée sur mes genoux et je transcris mon rêve… Ayant appris pour mon travail, à taper très vite, c’est sans réfléchir que j’écrivais… Je m’arrêtais, une fois tout le rêve transcrit, il devait être 14h, oups ! J’avais oublié le repas.

La nuit suivante, nouveau rêve, nouvelle scène… et le matin, je réitérais la même tache…Tout s’enchaina rapidement !

Je rêvais la nuit, j’écrivais le jour, les images, les dialogues… tout y était…

et ainsi de suite pendant 5 mois… J’écrivais pour exprimer quelque chose qui était en moi… De l’imaginaire aux souvenirs, des émotions de peine ou de joie : je vivais dans un autre monde.

Puis soudain, tout s’arrêta… Les rêves comme l’histoire. Elle n’était pourtant pas terminée, mais j’avais consigné plus de 600 pages.
Lorsque je relus tous mes fichiers… Oh SURPRISE… je ne me souvenais pas avoir écrit tout cela !!!
Je me surprenais même par le style, les détails…
Tout ce qui est perceptions extra-sensorielles, je connaissais pour le vivre depuis mon enfance, mais d’autres domaines étaient abordés, que je ne connaissais pas du tout comme la cartomancie, le pendule… Mon roman m’expliquait ce que je vivais par le biais de Wihéa.

Quelques jours après avoir engendré ce roman, j’accouchais d’une adorable petite fille…

Elle a maintenant 15 ans…wihea, Wihéa,indigo,hypersensible

Vous allez me demander, mais pourquoi avoir attendu 15 ans pour le publier ? 

Pourquoi est-il resté dans mes tiroirs ?? Enfin non, vu que ce n’est plus un manuscrit mais un tapuscrit!
Il est resté dans les fichiers, enregistré sur une petite disquette… Un jour, il est passé sur un ordi, puis sur un autre pour atterrir finalement dans mon dernier disque dur externe… Le temps passe, les ordinateurs évoluent et…

Voilà que Wihéa se réveille… sort de sa bulle afin de venir nous transmettre son message à travers ces 600 pages représentant les deux premiers tomes.

Je crois que c’est cela… Elle attendait le moment où le monde s’éveille à plus de spiritualité, où il la laisserait s’exprimer. Enfin, il lui permettrait d’être ELLE !

A cette époque, Wihéa vivait dans les années 2000. Dans les tomes suivants, elle sera au jour d’aujourd’hui. Son message sera plus fort car il est temps pour elle d’oser s’affirmer.

Ouvrez la porte de votre esprit.

Pensez par exemple au magnétisme, il commence à entrer dans les hôpitaux…
Les médiums sont de plus en plus appelés à travailler avec la police…
Les chasseurs de fantômes sont de mieux en mieux équipés.

Quant à l’intuition, elle fait partie de notre culture. Nos ancêtres, il y a bien longtemps, s’en servaient pour se prémunir du danger. Certes nous l’avons oubliée depuis quoi… 100, 200 ans ? Depuis que la vie est devenue moins dangereuse ? et pourtant, elle nous sauve encore parfois… On a tous à l’esprit l’histoire d’une personne qui, sans savoir pourquoi, refusait de monter dans un avion, évitant une mort quasi-certaine…

Bref, pendant 15 ans, Wihéa mûrissait… et maintenant, épanouie, elle vous ouvre les portes d’un autre monde.